Interview « Paroles d’Actu »

Interview « Paroles d’Actu »

Interview « Paroles d’Actu » 570 398 Virginie DUBY-MULLER

 Virginie Duby-Muller : « Nous aurions dû instaurer l’union civile »

On ne les voit pas souvent, sur les plateaux télé, hors LCP. Ils ne comptent pas, chez les jeunes pousses de l’Assemblée, parmi les plus médiatisés, les plus media-friendly. Ils n’ont jamais fait le News Show mais ils sont mus, eux aussi, par des valeurs, par des convictions profondes. Eux aussi ont reçu l’onction du suffrage universel. Leurs idées, ils les avancent avec, peut-être, un focus un peu plus localisé, un brin d’ego en moins. Quelques mois après le socialiste Pierre-Yves Le Borgn’, voici Virginie Duby-Muller (UMP). Élue depuis l’année dernière de la quatrième circonscription de la Haute-Savoie (Annemasse, Saint-Julien-en-Genevois, Seyssel, Frangy), elle est, à 34 ans, l’une des benjamines de la chambre basse. Une exclusivité Paroles d’Actu.

Par Nicolas Roche, alias Phil Defer. EXCLU

ENTRETIEN EXCLUSIF – PAROLES D’ACTU

VIRGINIE DUBY-MULLER

Députée UMP de la quatrième circonscription de la Haute-Savoie

 

Virginie Duby-Muller

(Source de la photo : Virginie Duby-Muller)

Paroles d’Actu : Bonjour Virginie Duby-Muller. En juin 2012, les électeurs de la Quatrième circonscription de la Haute-Savoie vous ont désignée pour siéger en leur nom à l’Assemblée Nationale, hémicycle dont vous êtes l’une des benjamines. Vous n’avez pas trente-quatre ans, à ce moment-là… Qu’avez-vous ressenti, lorsque vous avez eu connaissance de ce résultat ? À quoi, à qui avez-vous pensé ?

Virginie Duby-Muller : J’ai pensé à Claude Birraux, mon mentor, qui m’a passé le relais (elle fut sa collaboratrice entre 2007 et 2012, ndlr). Il a fait un choix qui a pu paraître audacieux en choisissant une femme, jeune, devenue mère de famille quelques mois auparavant et, qui plus est, blonde. L’opération a été réussie au nom d’un renouvellement nécessaire du personnel politique et d’une représentation accrue de la jeunesse et des femmes !

J’ai pensé à ma famille, également, et tout spécialement à ma grand-mère, qui était de caractère, engagée, conseillère municipale et sage-femme. J’ai enfin pensé aux électeurs et aux électrices qui m’ont fait confiance, et à la responsabilité qu’ils m’avaient confiée.

PdA : Votre engagement à droite est ancien, vous avez adhéré au RPR l’année de vos dix-huit ans et citez parmi les valeurs qui vous sont chères « le travail, la méritocratie, la liberté et la responsabilité des individus ». Ces valeurs-là sont-elles, de votre point de vue, réellement mises à mal par les orientations suivies depuis un an par la majorité, par le gouvernement et par le président de la République ?

V.D.-M. : La France va mal. Les Français souffrent. Je reprendrai volontiers les propos de mon collègue UMP Hervé Mariton : « En 1981, la volonté était de changer la France, en 2013, l’objectif est de défaire la France ».

François Hollande avait promis un « changement » fondé sur 60 engagements. Souvenez-vous du « Moi, Président… » ! On assiste plutôt à la succession de 60 ratés, couacs et reniements. A force de renoncements, d’inélégances, d’ambiguïtés, de mauvaises décisions, le président de la République a perdu toute crédibilité et a aggravé la crise de notre pays qui décline tant d’un point de vue économique que sur le plan des valeurs.

Regardez les réformes imposées sans concertation, sur les rythmes scolaires, la remise en cause des auto-entrepreneurs, de la politique familiale, le matraquage fiscal… Pigeons, poussins, tondus, les Français sont étouffés !

PdA : Parmi vos combats récents, il y a ceux qui touchent à la famille. Vous vous êtes opposée à l’ouverture du droit au mariage pour les couples homosexuels et combattez toute banalisation de ce que l’on appelle communément la « théorie du genre ». Quel message adresseriez-vous à un(e) jeune homosexuel(le) ayant du mal à s’assumer, souffrant du regard des autres, et qui vivrait de bonne foi ces prises de positions comme une attaque portée contre ce qu’il (elle) est ?

V.D.-M. : Je me suis opposée au projet de loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe car il s’agissait d’une question sociétale dont l’ampleur est telle qu’elle méritait un référendum, et non une loi. Pour moi, le mariage doit rester celui d’un homme et d’une femme : c’est lié à la notion de famille. Mais ce qui m’inquiète plus, c’est l’instauration d’un droit à l’enfant, avec la PMA et la GPA. Avec cette loi, le gouvernement socialiste a obéi à un lobby, il a voulu réaliser une promesse de campagne qui a profondément clivé la société française.

Et, pour en revenir à votre question, je dirais à ce jeune homosexuel de s’en prendre au gouvernement socialiste qui a stigmatisé les homosexuels avec l’adoption d’une loi maladroite alors que ce n’était pas le cas auparavant !

PdA : Sans transition… Je reprends l’une de vos déclarations récentes. « Beaucoup de gens ne connaissent pas le travail de député. Parfois, j’ai envie de leur dire, suivez-moi, une journée, une semaine. Le soir, on est sur les rotules… » À quoi ressemblent-t-ils, justement, votre quotidien, votre semaine de parlementaire ?

V.D.-M. : Je me suis imposée comme rythme de siéger à Paris les mardis et mercredis de façon incompressible. Le reste de la semaine, je rencontre les gens qui le souhaitent à mon bureau parlementaire, à Paris, ou à ma permanence, à Annemasse. Je travaille sur les dossiers en cours, je participe à des réunions, aux différentes manifestations ou visites de terrain. D’après la Constitution, notre rôle consiste à siéger à l’Assemblée nationale, mais il est essentiel de garder de la proximité avec son territoire.

PdA : Trouvez-vous quelques vertus au fait de siéger dans l’opposition à l’Assemblée ?

V.D.-M. : Le fait d’être dans l’opposition permet de ne pas être noyé dans la masse, surtout lorsque vous êtes primo-député, d’avoir plus de temps de parole, d’être mieux identifié. Même si j’aurais préféré que notre programme politique l’emporte, pour l’avenir de notre pays.

PdA : La pertinence ou non d’un « inventaire » sur la présidence Sarkozy fait débat actuellement au sein de l’UMP. Quel est votre avis sur la question ? Nourrissez-vous, en tant que militante, quelques regrets quant au quinquennat précédent ?

V.D.-M. : Jeudi 17 octobre 2013 s’est tenue, au siège de l’UMP, une convention sur l’évaluation de son action entre 2007 et 2012. Il ne s’agissait pas d’être dans l’inventaire, mais plutôt de définir les priorités à défendre pour l’alternance. Il s’agit de reprendre le fil des réformes engagées en 2007, plutôt que de le rompre. Car, on le voit bien, la politique conduite par les socialistes mène le pays au chaos ! Concernant le « mariage pour tous », par exemple, qui a clivé la société, il est peut-être dommage que nous n’ayons pas mis en place une « union civile » ?

PdA : Je laisse de côté la question des personnes, finalement assez secondaire et peu intéressante pour l’instant. Quelle doit être la ligne politique de l’UMP pour les années à venir ? Autour de quels grands axes, de quelles idées novatrices souhaiterez-vous articuler le projet d’alternance que vous proposerez aux Français ?

V.D.-M. : Nous devons faire preuve de courage en matière économique, d’autorité en matières de sécurité, de justice, d’immigration et de laïcité, et enfin de générosité sociale, sans assistanat. La gestion du pays par les socialistes est calamiteuse.. Cela fait plus d’un an et demi que la gauche est au pouvoir, et tous les indicateurs sont au rouge vif. Jamais la dette, les dépenses publiques et le matraquage fiscal n’ont été aussi élevés, et le pouvoir d’achat baisse. Face à cela, Nous devons reprendre la main pour un sursaut français ! Les prochaines élections en seront la première occasion.

PdA : Retour à 2013… À l’Assemblée, à votre circonscription. Parlez-nous de la 4ème de Haute-Savoie ? Quelles sont ses spécificités ? Les priorités, les inquiétudes particulières de ses habitants ?

V.D.-M. : La 4e circonscription de la Haute-Savoie, qui a été remodelée en 2012, est un territoire varié composé de 53 communes, à la fois rurales et urbaines. Sa spécificité est d’être une circonscription transfrontalière proche de Genève et de la Suisse. D’ailleurs, je me bats actuellement pour le maintien du droit d’option pour l’assurance maladie des travailleurs frontaliers, remis en cause par le gouvernement sans se soucier des conséquences économiques, sociales et humaines que cela va entraîner.

PdA : Quels sont les sujets sur lesquels vous aurez à cœur de faire entendre votre voix au sein de l’hémicycle ?

V.D.-M. : Les problématiques frontalières, la défense des classes moyennes, de la famille et de l’égalité hommes-femmes me tiennent à cœur. Mais les questions éducatives, l’audiovisuel, le numérique m’intéressent également. On ne peut pas intervenir sur tout mais j’essaie de rester dans une démarche d’opposition constructive.

PdA : Quelles leçons avez-vous tirées de votre – déjà long ! – parcours politique jusqu’ici ?

V.D.-M. : La politique révèle les personnalités. Si je ne suis pas quelqu’un de rancunier, en revanche je ne suis pas amnésique… Il faut que, seuls, vos convictions et votre sens de l’intérêt général guident vos décisions.

PdA : Qu’est-ce qui, finalement, fonde votre engagement dans la vie publique ?

V.D.-M. : Je suis optimiste. Il ne faut jamais se résigner, et rester fidèle à ses convictions !

PdA : Quels sont vos projets, vos envies, Virginie Duby-Muller ?

V.D.-M. : Je souhaite que l’on aide davantage les femmes à concilier vie professionnelle et familiale.Je souhaite que les politiques publiques conduisent à une amélioration du niveau de vie lié au bonheur des gens, tel qu’il est intégré dans certains pays, comme le Bhoutan. Aujourd’hui, je trouve que le gouvernement manque de vision et qu’il nivelle notre pays par le bas.

PdA : Quelque chose à ajouter ? Vous avez carte blanche. Merci infiniment…

V.D.-M. : Aux jeunes : engagez-vous en politique ! Nous avons besoin d’oxygène !

Merci à vous, Virginie Duby-Muller, pour vos réponses, pour avoir respecté votre engagement. Merci également à Catherine Hurstel, sa collaboratrice parlementaire. 

Vous pouvez retrouver Virginie Duby-Muller

    Sujet
    Votre message

    Député & conseiller départemental de Haute-Savoie

    Permanence parlementaire

    7 place de la Libération BP59
    74100 Annemasse
    Tél. +33 (0)4.50.80.35.02
    depute@virginiedubymuller.fr
    Du Lundi au Vendredi de 9h30-12h et 13h30-17h30

    Contact Paris

    126 rue de l’Université
    75007 PARIS
    Tél. 01.40.63.72.32
    virginie.duby-muller@assemblee-nationale.fr