Pour une transition numérique équitable et ambitieuse (Les Echos). Tribune avec Eric Woerth

Pour une transition numérique équitable et ambitieuse (Les Echos). Tribune avec Eric Woerth

Pour une transition numérique équitable et ambitieuse (Les Echos). Tribune avec Eric Woerth 275 46 Virginie DUBY-MULLER

http://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/021797759126-pour-une-transition-numerique-equitable-et-ambitieuse-1210587.php

h15_logo_echoshomeDans quatre ans, 25 % de l’économie mondiale sera « digitalisée ». La transformation numérique est engagée à marche forcée dans la plupart des grands pays occidentaux. En Estonie, il suffit de dix-huit minutes pour créer une société en ligne, et on y apprend à coder à l’école à 12 ans. L’ensemble des technologies digitales pleinement employé représenterait une valeur économique estimée à 1.000 milliards d’euros d’ici à 2025, d’après un rapport de McKinsey de 2014. L’impact de la transition numérique sur l’économie, les organisations sociales et les relations institutionnelles sont un des enjeux majeurs des prochaines années.

Des plates-formes à l’économie de réseaux, le digital transforme les marchés à une vitesse sans précédent. Selon une étude de PwC, l’économie collaborative, dont le chiffre d’affaires mondial est estimé à 335 milliards d’euros à l’horizon 2025, illustre cette croissance asymétrique qui vient bouleverser la concurrence traditionnelle. Il est vital d’accompagner ce nouvel écosystème mais aussi de veiller à ce que celui-ci n’entraîne pas de déséquilibres entre les entreprises traditionnelles et les « pure players ».

Réussir cet équilibre, c’est construire une économie de transition, capable de dynamiser notre croissance, dans le respect de notre modèle social et des acteurs existants. Nous devons instaurer un traitement équitable entre deux activités équivalentes, qu’elles soient en ligne ou non. L’ensemble des acteurs doivent être à armes égales. Dès lors que l’activité dépasse la pratique amateur, elle doit être soumise à une fiscalité adaptée. Et pour atteindre cet équilibre, il est temps d’alléger les contraintes des acteurs traditionnels plutôt que de se contenter d’imposer aux nouveaux, un cadre réglementaire lourd et handicapant.

Tout en accompagnant ces nouveaux « business models », nous devons être vigilants avec la défense de nos droits et des emplois existants. Donnons au droit du travail la souplesse nécessaire à la création, tout en protégeant les travailleurs indépendants tout aussi bien que les salariés. Accroître la flexibilité du travail est un des axes stratégiques pour favoriser une concurrence loyale.

Paradoxalement, nous voulons toujours partager davantage d’informations, tout en gardant le pouvoir sur l’ensemble de nos contenus. Chacun doit pouvoir connaître l’usage, le stockage et la commercialisation de ses données, et pouvoir s’y opposer. Maîtriser la donnée, c’est posséder un pouvoir universel. Mais l’avenir du marché numérique se concentre autour de la transformation du Big Data en Smart Data. Une opportunité pour la France, qui possède parmi les meilleurs chercheurs et ingénieurs au monde, d’imposer son modèle. Seul le respect des droits du consommateur et du citoyen peut assurer le succès de la transition numérique. Il ne doit pas y avoir de société à deux vitesses, l’une, maîtrisant les codes et sachant protéger ses données, et l’autre, laissée pour compte et subissant davantage le numérique.

Il faut banaliser l’appel aux citoyens dans la vie de l’Etat. La Ve République souffre aujourd’hui d’une trop grande rigidité dans ses relations avec les citoyens et ne leur donne pas suffisamment les moyens de s’exprimer et de contribuer, en dehors des élections. Nous devons inventer une nouvelle forme de démocratie qui repose sur un lien permanent entre le citoyen et l’élu, qu’il s’agisse d’un recours plus fréquent au référendum ou de consultations en ligne via des plates-formes interactives. Aujourd’hui, les réseaux sociaux et les plates-formes collaboratives permettent aux Français de partager leur avis et leurs impressions. Il est temps d’envisager le passage d’une démocratie représentative à une démocratie participative.

Virginie Duby-Muller et Eric Woerth

Virginie Duby-Muller est déléguée générale des Républicains au Numérique et députée de Haute-Savoie. Eric Woerth est secrétaire général des Républicains et député de l’Oise.

En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/021797759126-pour-une-transition-numerique-equitable-et-ambitieuse-1210587.php?efWeRyQP4efcwqeO.99

    Sujet
    Votre message

    Député & conseiller départemental de Haute-Savoie

    Permanence parlementaire

    7 place de la Libération BP59
    74100 Annemasse
    Tél. +33 (0)4.50.80.35.02
    depute@virginiedubymuller.fr
    Du Lundi au Vendredi de 9h30-12h et 13h30-17h30

    Contact Paris

    126 rue de l’Université
    75007 PARIS
    Tél. 01.40.63.72.32
    virginie.duby-muller@assemblee-nationale.fr