Question écrite sur la hausse des tarifs postaux pour la presse spécialisée.

Question écrite sur la hausse des tarifs postaux pour la presse spécialisée.

Question écrite sur la hausse des tarifs postaux pour la presse spécialisée. 243 219 Virginie DUBY-MULLER

14ème législature
Question N° : 50192 de Mme Virginie Duby-Muller ( Union pour un Mouvement Populaire – Haute-Savoie ) Question écrite
Ministère interrogé > Culture et communication Ministère attributaire > Culture et communication
Rubrique > presse et livres Tête d’analyse > presse Analyse > presse spécialisée. tarifs postaux. conséquences
Question publiée au JO le : 18/02/2014 page : 1465
Réponse publiée au JO le : 13/05/2014 page : 3853
Date de changement d’attribution : 03/04/2014

Texte de la question

Mme Virginie Duby-Muller attire l’attention de Mme la ministre de la culture et de la communication sur les conséquences douloureuses qu’entraîne la hausse des tarifs postaux pour la presse spécialisée. Cette hausse constitue une nouvelle charge particulièrement pénalisante pour les quelque 1 300 titres de la presse spécialisée. Déjà largement exclus des aides gouvernementales versées à la presse d’information politique et générale, ces titres contribuent néanmoins à l’expression du pluralisme et au débat démocratique. Elle l’interroge sur les mesures qu’elle envisage de mettre en place pour protéger la presse spécialisée, qui constitue tout de même un facteur important pour la diversité informationnelle et culturelle de notre pays.

Texte de la réponse

La presse professionnelle et spécialisée est touchée, au même titre que les autres familles de presse, par la mutation que connaît actuellement la presse française. Elle doit faire face, tout à la fois, à l’érosion de son lectorat traditionnel et à la remise en cause de son financement publicitaire sur le papier – du fait notamment de la concurrence de nouveaux médias -, ainsi qu’à la transition numérique, qui appelle de sa part innovation, investissements et changements d’organisation. C’est dans ce contexte qu’intervient la réforme des aides à la presse. Conformément aux conclusions du groupe de réflexion coordonné par Monsieur Roch-Olivier Maistre, un ciblage accru des aides et une mise en cohérence des aides à la distribution sont engagés. Ces évolutions sont également conformes aux recommandations de la Cour des comptes dans son rapport public 2013, ainsi que dans son rapport au Sénat sur les aides à la presse publié en septembre dernier. Dans un contexte de finances publiques contraint, elles impliquent en particulier la mise en extinction du moratoire sur l’aide au transport postal de presse. Pour la presse inscrite en CPPAP, dont relève la presse spécialisée, cela représente une hausse supplémentaire de 5 % en 2014 et 3,27 % en 2015 par rapport aux hausses issues des accords Schwartz. Plus largement, le Gouvernement est conscient des éventuelles questions de concurrence entre la presse spécialisée et les titres d’IPG diffusant un contenu non-IPG, sur papier et en ligne. Le Gouvernement est vigilant à accorder à chaque dossier un traitement objectif et équitable. Aussi, la question de la périodicité et de la teneur du contenu rédactionnel, prises en compte pour l’appréciation du caractère d’IPG des publications de presse imprimées, doit s’apprécier de façon distincte selon les aides publiques. La principale aide à la presse écrite, à savoir le taux « super-réduit » de 2,10 % de TVA, continuera de bénéficier à l’ensemble des titres imprimés et en ligne. Cette égalité de traitement est la contrepartie de la solidarité qui doit animer l’ensemble des familles de presse en matière de diffusion. Le maintien de cette aide en l’état sera donc réévalué périodiquement au regard de l’évolution de la presse dans la restructuration du système coopératif de distribution. S’agissant de l’aide au transport postal, la définition de la presse d’information politique et générale (IPG) comprend actuellement 2 critères proposés : 50 % de contenu d’IPG et une périodicité au moins hebdomadaire. Ces critères sont nécessairement figés pour la durée des accords Schwartz tarifaires tripartites entre l’État, la poste et la presse, qui courent jusqu’en 2015. Le bilan de ces accords et la préparation de l’après-2015 sont soumis à une mission confiée en novembre 2013 à l’inspection générale des affaires culturelles, à l’inspection générale des finances et au conseil général de l’économie, de l’industrie, de l’énergie et de la technologie. Dans le cadre de cette mission, la question de la pertinence de l’aide publique et de son champ sera posée. Les représentants des titres de presse technique, professionnelle et spécialisée seront auditionnés par la mission. Les questions de la périodicité des titres donnant droit au qualificatif d’IPG et les questions des suppléments des quotidiens IPG pourront être soulevées à cette occasion. S’agissant enfin des aides du Fonds stratégique pour le développement de la presse (FSDP), la réforme des aides à la presse, qui entrera en vigueur début 2014, prévoit deux évolutions. D’une part, le champ des titres éligibles au soutien des développements numériques sera élargi, en 2014 et 2015, aux titres répondant aux critères de l’article 39 bis A du code général des impôts, qui implique une appréciation plus large du contenu d’IPG. Un complet ciblage sur la presse d’IPG interviendra à partir de 2016. D’autre part, alors que les aides numériques du FSDP sont actuellement réservées à 80 % aux titres d’IPG et, pour le reste, attribuées en priorité aux titres « favorisant le débat d’idées et la diffusion de la culture générale », elles seront ouvertes, en 2014 et 2015, aux sites en ligne de la presse professionnelle et spécialisée, sans enveloppe réservée à la presse d’IPG.

    Sujet
    Votre message

    Député & conseiller départemental de Haute-Savoie

    Permanence parlementaire

    7 place de la Libération BP59
    74100 Annemasse
    Tél. +33 (0)4.50.80.35.02
    depute@virginiedubymuller.fr
    Du Lundi au Vendredi de 9h30-12h et 13h30-17h30

    Contact Paris

    126 rue de l’Université
    75007 PARIS
    Tél. 01.40.63.72.32
    virginie.duby-muller@assemblee-nationale.fr